vendredi 20 mai 2011

je me sentais maudite*



Ah ça fait du bien, d'entendre la journaliste québécoise Denise Bombardier parler de l'affaire DSK sur France Inter ce matin !
Parce que tout de même, après ce bal des faux culs, ces déceptions ...
Badinter, ... Qui vient expliquer son indignation sur la façon dont est traité DSK, puisqu'il ne lui ait pas appliqué la présomption d'innocence, en le montrant alpagué par les flics ricains, menotté ...
Ces chœurs automatiques, "le pauvre il est tombé dans un piège" ...
Le Canard Enchaîné qui explique doctement que certes tout le monde sait, mais tout le monde sait quoi ? DSK est présenté comme un libertin et les journalistes sont vertueux de ne pas "entrer dans les chambres à coucher" ...
La France, la belle France, ses séducteurs, son art de l'amour, son respect de la vie privée.
Qui va nous saouler pendant des mois en exposant les échographies de Carla.
Qui appelle "drame passionnel" le meurtre à coups de poings d'une actrice par un chanteur.

Alors oui c'est bien la séduction. C'est agréable les hommes entreprenants.
Oui on a le droit de courir les soirées échangistes.
Mais la France, la société française, a un problème sérieux avec le consentement.

DSK aime [trop] les femmes, c'est sa faiblesse.
De ce qu'on lit à droite à gauche, ce qu'aime DSK, c'est poursuivre, conquérir, soumettre à ses envies, à ses pulsions.
C'est faire craquer à force de textos insistants.


Ben alors, et la présomption d'innocence ? Et si c'est un piège ?
Je parle là de son comportement avéré, pas de cette plainte.
Si c'est un piège ?
Mais si c'est un piège, il est tombé dedans !
Ça change quoi ?
Imaginez une plainte pour corruption de fonctionnaire : ah ben c'était un piège !! donc ça ne compte pas ??

S'il y a une leçon à retenir de cette histoire, ça n'est pas "puissant un jour, misérable le lendemain", ce qui fascine tout le monde - c'est vrai que le coté tragédie antique est fascinant.
S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'entre être entreprenant et être violeur, la notion de consentement doit se poser là.
Il faut apprendre à la reconnaitre.
Et arrêter de considérer qu'il s'agit uniquement de la faiblesse d'un homme, de la faiblesse de DSK.
Car il s'agit d'une faiblesse d'éducation, de considération de la femme, profondément, il s'agit de la façon dont une société considère les relations entre les hommes et les femmes.



* ce titre est la reprise d'une expression écrite de Piroska Nagy, ex économiste hongroise au FMI, "séduite" par DSK.

5 commentaires:

mtislav a dit…

C'est juste, faiblesse d'éducation qui ne va pas en s'améliorant vu les stéréotypes qui circulent dans les médias, de la publicité à la pornographie et jusqu'aux causeries sur France Culture !

Dorham a dit…

C'est vraiment une histoire compliquée, bizarre, tant elle fait écho à nos travers culturels.

La presse connivente ? Oh que oui, et pas seulement coupable de fermer les yeux. Il y a...les petits repas entre amis, les petites séances de confession en "off" dont on peut dire qu'elles se sont déroulées mais pas ce qui s'y est dit.

Pour la conception de la Justice, c'est pareil, on peut bien sûr déplorer le spectacle à l'américaine, mais, les plaintes pour viol y sont bien mieux traitées qu'en France, les victimes même présumées sont mieux protégées et mieux considérées, c'est peu dire, et du coup, en France, on porte bien moins plainte qu'aux Etats-Unis pour de tels crimes. On a tort de se croire meilleurs. Bien sûr, Vance Jr. a l'air d'un sheriff de pacotille, il a des attitudes consternantes, mais je l'ai déjà dit ailleurs, DSK, s'il en prend plein la gueule depuis quelques jours va bientôt pouvoir profiter d'un système de défense qui avantage ceux qui ont de très gros moyens et les siens sont considérables. Tu as vu le montant de la caution ?

Les propos de certains responsables socialistes sont proprement ahurissants de bêtise. Ils pourront dire qu'ils sont sous le choc et donc pas très lucides. Très bien, je veux bien le comprendre, mais dans ce cas, il reste la solution qui consiste à fermer sa gueule en attendant de recouvrer ses esprits.

Audine a dit…

Le machisme français (et peut être italien ? parce que chez Berlusconi ...) devrait être élevé au rang de patrimoine de l'humanité ... C'est impressionnant toutes ces voix qui se sont élevées pour plaindre l'agresseur présumé !

Même si l'on sait que le machisme est aussi présent aux US, j'ai l'impression qu'ils ont assimilé cette notion fondamentale du consentement. Notion qui les ont amenés à entendre les paroles d'une femme de ménage noire et à traiter un des puissants de ce monde comme ce qu'il est (pour eux) : un agresseur, un homme pour qui le pouvoir est aussi le pouvoir de suivre sa libido quoiqu'en veuille la femme.

Laurent a dit…

J'ai quelques doutes sur le fait que la culture et les institutions américaines puissent représenter une quelconque Diké... Je crains que l'ancienne divinité grecque se soit fait prendre sans consentement par Spectaculum, fils batard de l'humanité et de la divinité Argentum.

Détailler le fait que nous vivons dans une société qui a quelques légers problèmes avec la notion de limite m'emmènerait peut-être à les franchir. Au coeur de cette affaire, si les affaires peuvent en avoir un, cette parole d'Achille : "Il m'a déshonoré, car, pour l'avoir prise, il a l'honneur qu'il m'a ravi".

Marie-Georges Profonde a dit…

Tout à fait d'accord avec ta remarque sur le consentement. D'ailleurs je me demande à chaque fois ce que la "séduction" vient foutre dans cette histoire. Et la violence, non ? Ah bon. Ça doit être un mot réservé aux jeunes de banlieues, ça, la violence. Je suppose qu'à partir d'une certaine somme sur son compte en banque et/ou d'un certain nombre de cravates, on cesse d'être "violent" pour devenir "homme à femmes" ou souffrant d'une "faiblesse"... Pour moi, c'est toujours avec les classes populaires que la société française a un problème.